« Topics », les nouveaux cookies de Google

(Mis à jour le: 2 février 2022)
4.3/5 - (3 votes)

On le sait tous, Google souhaite éradiquer les cookies tiers sur Chrome. Pour ce faire, il ne cesse d’inventer de nouveaux systèmes mieux respectueux de la vie privée des internautes tout en permettant aux annonceurs d’afficher des publicités de manière ciblée. En premier lieu, il a imaginé FloC, mais ce dernier n’a pas été retenu. Finalement, c’est « Topics » qui va remplacer les cookies tiers, censés disparaître de Chrome d’ici à fin 2023. Zoom sur ces nouveaux cookies de Google.

Les cookies tiers voués à disparaître

Pour rappel, les cookies tiers sont utilisés par les géants de la publicité pour remonter l’historique de navigation des internautes. Grâce à cela, ils peuvent déterminer les centres d’intérêts de chaque personne consultant le web et ainsi afficher les publicités susceptibles de l’intéresser. En théorie, cela semble partir d’une bonne intention, mais dans les détails, les cookies permettent à ces professionnels d’accéder à trop de données personnelles. Les militants de la vie privée ont alors décidé de réagir d’où cette décision de Google de supprimer les cookies tiers d’ici à fin 2023.

Les « Topics » pour remplacer les cookies tiers

Les « Topics » pour remplacer les cookies tiers

La disparation des cookies ravit les internautes, mais l’annonce de son remplaçant, les Topics, inquiète un peu. Ce système va-t-il aussi servir à traquer leurs moindres faits et gestes sur Internet ?

Comme les cookies tiers, les Topics vont permettre aux annonceurs publicitaires d’afficher les bonnes publicités sur les écrans de chaque personne. Par contre, les données auxquelles il a accès ne sont pas aussi détaillées qu’avec les cookies. Google a pris soin de le rendre plus respectueux de la vie privée des gens. Comment fait-il alors pour sélectionner les publicités à afficher ?

A lire – Publicité digitale et vente des données personnelles : des plaintes ont été déposées

Lorsqu’un internaute se connecte sur le navigateur, ce dernier enregistre, dans l’historique de navigation, les thèmes des sites consultés sans retenir les urls complètes. A la fin de chaque semaine, un calcul est réalisé pour connaître les centres d’intérêts de la personne. Le calcul se fait en se basant uniquement sur les noms de domaine visités. Les thèmes peuvent ensuite être transmis aux annonceurs et c’est à partir de ces informations qu’ils vont pouvoir choisir les publicités à afficher.

Contrairement à FloC, le premier système conçu pour remplacer les cookies, mais qui a été abandonné, les internautes ont la possibilité de consulter la liste des thèmes enregistrés sur leur historique, d’en supprimer certains ou de tout désactiver. Autrement dit, il a pleinement le droit de choisir les informations le concernant à divulguer aux annonceurs.

En ce qui concerne le fingerprinting, Google déclare injecter 5 % de bruit dans le calcul des thèmes afin de flouter le profil de l’internaute. Il annonce également que les annonceurs n’ont accès qu’à une partie de la liste (et non pas à sa totalité) de thèmes concernant un internaute donné. Pour cause, il a mis en place un système de distribution assez complexe pour dispatcher les données entre les différents annonceurs intéressés. Chacun d’eux n’aura donc accès qu’à des données limitées pour les empêcher de pister les internautes.

A première vue, Topics semble être correct, mais il faut encore attendre le bilan de la phase d’expérimentation pour se déclarer. Pour l’expérimentation qui aura lieu sous peu, Google invite les annonceurs et les développeurs de sites web de tester cette nouvelle application.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.