Internet : les usines à clics sous la loupe

De nos jours, il est possible d’acheter sa notoriété sur les réseaux sociaux en faisant appel à ce qu’on appelle « usines à clics ». Ces dernières sont spécialisées dans le clic sur des Likes ou des « J’aime » sur les réseaux sociaux et ce, afin de faire connaître un produit, une marque ou une personne.

Une pratique illégale

Cliquer sur des J’aime n’a rien d’illégal en soi, mais quand on paie une entreprise pour le faire, cela devient de l’arnaque et c’est là qu’on passe de la légalité à l’illégalité.

Pourtant, de nombreuses entreprises ainsi que des personnalités politiques y ont recours afin de se créer une certaine réputation auprès des internautes. Les professionnels qui proposent ce genre de services vont même jusqu’à proposer diverses formules selon les besoins de leur client.

En gros, leur mission c’est d’accroître artificiellement le nombre de fans d’une page ou d’un compte.

Tous les réseaux sociaux sont ciblés

Facebook n’est pas le seul réseau social où l’on peut remarquer cette pratique puisque tous les réseaux sont concernés : Instagram, YouTube, Twitter, …

Grâce à ces sociétés à clics, il est donc possible d’acheter des Likes et de se fabriquer, fictivement, une popularité qui, au final, cache de faux fans.

Une enquête, menée par une agence privée, déclarent même que ce taux de faux abonnés peut aller jusqu’à 62 % pour un personnage politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.