Téléchargement illégal : plus de 5 milliards de sites déréférencés par Google

(Mis à jour le: 9 mars 2021)

Chaque année, des millions d’auteurs et ayants droit portent plainte pour vol et téléchargement illégal de leurs œuvres sur Internet. Si auparavant, ces  plaintes passaient pour des lettres mortes, depuis 2020, Google a fini par réagir à une vitesse grand V. La firme de Mountain View semble effectivement décidée à faire la chasse aux sites de téléchargement illégal.

Les téléchargements illégaux : une perte colossale pour les auteurs

Pendant de nombreuses années, les auteurs et ayants droit sont restés sans ressources face au vol de leurs œuvres qui se passait sous leurs yeux. Il faut dire que le nombre de sites permettant ce trafic a rapidement augmenté malgré les plaintes déposées sans cesse.

Comme les téléchargements illégaux se faisaient principalement via des sites référencés par Google, c’est sur ce dernier que les victimes ont principalement fait pression. D’abord resté sourd à leurs appels, le géant américain a fini par réagir et a commencé à faire le ménage. Les premiers résultats se ressentent déjà grandement …

Plus de 5 milliards de sites pénalisés

Plus de 5 milliards de sites pénalisés

Lorsqu’il s’agit de donner des pénalités, Google ne plaisante jamais. C’est d’ailleurs pour cela que les webmasters le craignent autant et se plient à ses quatre volontés. Ceux qui dirigeaient des sites de téléchargements illégaux ont, eux aussi, respecté les exigences de ses algorithmes pour accroître leur visibilité. Il faut toutefois croire qu’ils ont été victimes de leur grande visibilité parce que c’est ainsi que le moteur de recherche a pu remonter jusqu’à eux et aussi grâce au signalement émanant de 241 000 titulaires.

Depuis le début de ses investigations en 2020 jusqu’à nos jours, Google a ainsi déréférencé 5 035 549 233 sites. Le principal chef d’accusation : ils permettent aux internautes de télécharger des œuvres protégées par des droits d’auteur.

Découvrez les meilleures banques d’images libres de droit 

Déréférencement et non suppression

Le déréférencement a été la pénalité choisie par le géant du Web pour que ces sites n’apparaissent plus dans ses résultats de recherche. C’est déjà une bonne chose, mais une maigre consolation toutefois, car déréférencement ne vaut pas suppression.

En effet, même s’ils ne sont plus référencés, ces sites de téléchargements illégaux existent toujours et continuent toujours leurs activités malhonnêtes. Le seul point qui a changé c’est que désormais, les internautes doivent saisir manuellement leurs urls dans la barre de recherche pour pouvoir y accéder. Autrement dit, ceux qui ont retenu leurs adresses web pourront toujours recourir à leurs services.

Les auteurs et ayants droits doivent alors se contenter de cette petite victoire, car au moins, le déréférencement limite l’accès au téléchargement illégal de leurs œuvres.

A lire aussi – Publicité digitale et vente de données personnelles : des plaintes ont été déposées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.