Chrome : lancement d’un outil d’accessibilité

(Mis à jour le: 18 mars 2020)

On n’y pense pas souvent et pourtant, c’est bien une réalité. Certains internautes ne voient pas les pages web comme nous nous le voyons à cause de certaines déficiences visuelles. Alors que d’autres n’arriveront pas à distinguer les couleurs, certains ne verront tout simplement pas les caractères en vert ou en rouge. Pour donner à tout monde la chance de voir la même chose, Chrome a lancé son outil d’accessibilité.

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’une nouvelle fonctionnalité qui permet de voir une page web comme le verrait les personnes souffrant de déficience visuelle. Elle met en avant le caractère flou, illisible, inaccessible de certaines pages. Ainsi, les développeurs peuvent y remédier afin de rendre la page accessible à tout le monde. L’outil est donc destiné aux développeurs web.

Comment l’utiliser ?

Après avoir créé un site web, le développeur est invité à l’ouvrir dans Google Chrome afin de le tester. Pour savoir si les pages sont accessibles, il faut se rendre dans les outils du navigateur et cliquer sur  » Console « . Rendez-vous ensuite dans l’onglet  » Rendering  » et vous verrez qu’une nouvelle fonctionnalité intitulée  » Emulate Vision Deficiences  » y est affichée.

Ce dernier propose un menu déroulant listant de nombreux types de troubles de la vision. Parmi eux, on peut citer la deutéranomalie, la vision floue, le daltonisme, la protanopie, la protanomalie, la deutéranopie …

Lorsque vous cliquerez sur l’un d’eux, vous verrez la page de la même façon qu’une personne souffrant de la déficience la voit. En cliquant sur deutéranopie, par exemple, vous aurez, tout à coup du mal, à faire la différence entre les éléments rouges et les éléments verts. C’est assez déstabilisant, mais dites-vous que c’est exactement ce que les personnes souffrant de ce trouble voient en consultant votre site.

Quels sont les intérêts de l’outil ?

En voyant ce que certains internautes malvoyants voient, les développeurs sont à même de corriger ces petites anomalies en retravaillant certaines parties de leurs codes. Si on reprend l’exemple précédent, en ne pouvant différencier le rouge du vert, le développeur peut penser à une solution efficace pour bien les distinguer et pour que les personnes concernées puissent les différencier facilement.

Le but est donc d’optimiser les pages web, de les rendre accessibles et d’améliorer, de manière considérable l’expérience utilisateur (UX).

Il faut cependant reconnaître que les résultats affichés par l’outil ne seront pas exactement la même, mais au moins, cela aide à avoir une idée des difficultés que rencontrent les personnes souffrant de troubles de la vision. De toute façon, on est encore sur une version bêta déjà efficace, mais qui doit encore être améliorée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.