Android 12 : la commission de 30 % sera généralisée pour les app stores tiers

(Mis à jour le: 19 octobre 2020)

Android 12 débarquera en 2021

Alors que le monde entier apprend encore à se familiariser avec la version 11 d’Android, Google pense déjà au lancement d’Android 12. Un nouveau système plus performant qui s’accompagnera de plusieurs changements dont la fameuse commission de 30 % pour les app stores tiers. Une annonce qui laisse coi surtout qu’elle tombe au même moment où la guerre entre Apple et Epic Games est déclarée, justement à cause de cette commission.

Android 12 débarquera en 2021

Bonne nouvelle pour les amateurs de nouvelles applications, car Google a déjà annoncé que la nouvelle version de son OS Mobile sortira courant septembre 2021. Et ce scoop ne vient pas seul, car avec ce changement, la firme de Mountain View a aussi promis des changements concernant sa pratique.

En effet, à partir d’Android 12, le Play Store de Google ouvrira ses portes aux magasins d’applications en ligne que l’on appelle « app stores » tiers. Grâce à cette ouverture, les utilisateurs du nouveau système pourront facilement utiliser d’autres app stores sans réduire l’efficacité des mesures de sécurité d’Android. Autrement dit, ils auront l’embarras du choix.

Contrairement à Apple qui propose aux utilisateurs d’iPhone son App Store pour unique moyen de télécharger des applications, Google se veut plus fairplay et veut donner le choix aux consommateurs. D’ailleurs, le « choix » a toujours été au cœur de ses préoccupations et c’est encore une fois à cause de cela qu’il a décidé une plus grande ouverture.

Lire aussi – Android Things : Google s’intéresse de plus en plus aux objets connectés

Un changement en faveur des développeurs ?

Un changement en faveur des développeurs ?

Il faut dire qu’avoir la chance de proposer leurs applications à travers la Google Play Store est une bonne nouvelle pour les développeurs. De plus, ils n’auront pas besoin de s’aligner aux consignes de Google puisque le géant du web leur laisse la liberté d’adopter leur propre modèle commercial. Cela signifie que même si un développeur n’adhère pas au concept de Google, il peut toujours distribuer ses applications sur la plateforme Android.

Et ce n’est pas la seule liberté que le géant américain tient à offrir aux développeurs. En effet, en réponse aux sollicitations de ces derniers, Android 12 permettra aussi l’utilisation d’autres App Stores à part les deux qui seront déjà préinstallés sur le système. Notez que pour le moment, les systèmes déjà opérationnels bloquent les téléchargements faits en dehors de Play Store par mesure de sécurité. Pour cause, certains fichiers peuvent contenir des virus ou être piratés et cela exposerait tous les utilisateurs d’Android. Google tient toutefois à trouver les meilleurs compromis pour permettre ces téléchargements tiers à partir d’Android 12 tout en garantissant la sécurité de ses utilisateurs.

Avec autant de liberté, Google veut se démarquer totalement d’Apple qui mène, en ce moment, une guerre houleuse contre Epic Games. Néanmoins, Apple et Google ne pourront que se rapprocher à l’avenir puisque les deux campent sur le sujet qui fait actuellement débat : la commission de 30 % sur les applications payantes et les achats in-app.

Google généralise son nouveau système de facturation à compter d’Android 12

La fameuse commission de 30 % est actuellement au cœur de la polémique. C’est justement elle qui oppose Apple à Epic Games donc on ne comprend pas vraiment pourquoi Google renforce le débat en annonçant qu’à partir d’Android 12, elle adoptera le même système de facturation. Le géant du web a d’ailleurs renforcé sa position en déclarant : « Tous les développeurs qui vendent des biens numériques dans leurs applications sont tenus d’utiliser le système de facturation de Google Play ».

C’est un message on ne peut plus clair donc les développeurs sont d’ores et déjà avertis. Continueront-ils d’utiliser la Play Store dans ce cas ou chercheront-ils d’autres moyens pour proposer leurs applications aux consommateurs ?

Dans le premier cas, ils ne pourront que se plier à la nouvelle politique de facturation. Dans le second cas, on voudrait bien trouver d’autres solutions, mais lesquelles ? Il semblerait que la situation soit sans issue prometteuse, mais que les développeurs se rassurent, Google tient à se montrer plus souple.

Un délai d’un an pour se mettre à jour

Puisque de nombreux développeurs utilisent déjà le Play Store de Google, la firme américaine ne souhaite pas les brusquer. Voilà pourquoi l’annonce est faite dès maintenant pour qu’au cours des prochains mois à venir, ils puissent réaliser les ajustements techniques que leurs applications auraient besoin. Ils ont ainsi jusqu’au 30 septembre 2021 pour entreprendre les mises à jour nécessaires.

Enfin, pour que la polémique actuelle ne l’atteigne pas, Google a tenu à préciser un point essentiel. Parmi les développeurs qui sont déjà présents sur la Play Store, moins de 3 % d’entre eux ont vendus des biens numériques au cours des 12 derniers mois. Sur ces 3 %, environ 97 % d’entre eux utilisent déjà le système de facturation instauré par l’entreprise américaine. Les autres n’auront donc plus qu’à s’aligner sur cette tendance.

Pas de favoritisme clame Google

Puisqu’il devra désormais partager son App Store avec d’autres magasins d’applications, Google tient à souligner que ses propres applications auront les mêmes traitements de faveur que celles des autres. Il s’engage ainsi à classer toutes les applications accessibles depuis sa Play Store (les siennes et celles des autres) de la même manière, en se basant sur les mêmes critères. Ses algorithmes sont programmés pour éviter toute forme de favoritisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.