Doodle : Frederick Douglass à l’honneur

(Mis à jour le: 1 février 2016)
Evaluer cet article

Né vers 1818 à Tuckahoe, dans le comté de Talbot (Maryland, États-Unis), Frederick Douglass (de son vrai nom Frederick Augustus Washington Bailey) est un écrivain à la fois homme politique au parcours peu commun. En effet, né esclave, il fut l’icône de l’abolitionnisme en Amérique.

De l’esclavagisme à la littérature

Fils d’un homme blanc dont il ne fit pas la connaissance, alors qu’il fut séparé de sa mère dès son jeune âge, Il commença d’abord en tant qu’esclave domestique, puis fut engagé pour travailler dans les champs et un chantier naval du maryland. A l’âge de vingt ans, il réussit à s’évader et rejoignit New York avant de regagner le Massachussetts. En 1841, il fut l’un des participants à un meeting contre l’esclavage et fut invité à partager son expérience. Il fut une telle source d’inspiration au point d’être engagé au sein de la société antiesclavagiste au Massachussetts.

Doodle : Frederick Douglass à l'honneur

Doodle : Frederick Douglass à l’honneur

Il commença alors à se lancer sérieusement dans l’écriture, en publiant son autobiographie en 1845. A l’origine de son succès, cet ouvrage intitulé « La vie de Frederick Douglass, esclave américain »  fit un tel retentissement qu’il devint un bestseller et représente désormais un des témoignages poignants de l’histoire de l’esclavagisme. Dans son livre, il cita le nom de celui dont il fut l’esclave, au risque d’être capturé à nouveau, raison pour laquelle il se réfugia en Grande Bretagne durant deux ans. Il continua sa lutte contre l’esclavagisme et acquit sa liberté grâce à l’appui de certains britanniques.

Frederick Douglass : homme politique

Après sa libération, Douglass retourna aux USA et créa son propre journal abolitionniste nommé North Star en référence à l’étoile polaire qui guidait les esclaves vers le Nord. Son journal avait alors pour devise « le droit n’a pas de sexe. La vérité n’a pas de couleur. Dieu est notre père à tous et nous sommes tous frères ».

Il continua à militer pour les droits des anciens esclaves et des femmes ainsi que la place de l’éducation. Au cours de la Guerre civile de 1861 à 1865, il occupa la fonction de conseiller du Président Lincoln. Connu à l’époque sous le surnom de « lion d’Anacostia » ou « Sage d’Anacostia », il soumit sa candidature à la vice-présidence des Etats-Unis, s’alliant avec Victoria Woodhull, première candidate féminine à la présidence des Etats-Unis, au sein du parti de l’égalité des droits ou Equal Rights Party.

 Il occupa par la suite plusieurs postes dans le domaine politique et finit sa carrière en tant que consul général pour Haïti de 1889 à 1891.

Durant toute sa vie, Frederick Douglass se consacra à la défense de la cause humaine et ne cessa de croire en l’égalité des hommes et des femmes, quelle que soit la race, qu’ils soient immergés récents ou indigènes. Il avait pour proverbe préféré « Je m’unirai avec n’importe qui pour faire le bien et avec personne pour faire le mal ».

Frederick Douglass  fut décédé le 20 février 1895 à Washington DC (États-Unis). Il restera l’un des abolitionnistes de renommée du 19è siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.